Les divas de Sainyabuli

Bienvenue au paradis des éléphants : le « Elephant Conservation Center ».

26102016-img_8350

Qu’on se le dise, ici pas question de monter sur les éléphants ou de se baigner avec eux. La priorité, c’est le bien être des éléphants. Le centre offre un bon compromis entre respect de l’animal et émerveillement des touristes. On peut approcher les éléphants qui ont chacun leur propre cornac mais uniquement à certains moments de la journée. Et l’éducation des touristes mais aussi des locaux tient une place importante dans leur travail.

26102016-img_8394

26102016-img_8598

Le bateau nous embarque, pour trois jours dans cette jungle isolée. Comme un rêve éveillé, nous allons pleinement profiter de nos vacances au milieu des vacances…

26102016-img_8324

26102016-img_8327

Bien sûr, un tel centre à un coût et même si ces trois jours représentent pour nous le budget prévu pour 12 jours, nous ne le regretterons pas.

C’est le jour 1…

Nous sommes un groupe de quatre (avec 2 allemands vivant en suisse) et nous commençons par assister au bain des éléphantes et à faire connaissance avec elles. Et oui elles, parce que nous ne verront que les 8 ou 10 femelles du centre et pas l’unique mâle.

26102016-img_8359

26102016-img_8345

26102016-img_8615

26102016-img_8629

26102016-img_8584

26102016-img_8641

Premier contact avec ces pachydermes: présentation et nourrissage. Souvent meurtries par leur passé difficile, ces éléphantes nous touchent.

26102016-img_8414

Elles sont très gourmandes!

26102016-img_8455

26102016-img_8473

26102016-img_8457

26102016-img_8453

26102016-img_8434

26102016-img_8693

Les journées sont tranquilles au centre et nous profitons du reste de la journée pour admirer la vue sur le lac qui nous entoure.

26102016-img_8493

26102016-img_8495

2nd jour

Nous accompagnons le Cornac dans la jungle pour récupérer son éléphante qui dort dans la forêt. Elles sont enchaînées à une patte pour la nuit (chaîne de 40 mètres de long) car il ne faut surtout pas qu’elles se baladent dans la jungle car elles risqueraient de se faire tirer dessus par un paysan voulant protéger ses cultures.

27102016-img_8529

Comme un chien, l’éléphante répond à l’appel de son maître. Le tintement de la cloche que l’éléphante porte autour du coup se fait entendre et nous voyons l’énorme animal surgir au milieu de nulle part dans la jungle. Impressionnant!

27102016-img_8531

27102016-img_8534

27102016-img_8537

Nous le suivons pour rejoindre les autres pour la baignade du matin.

27102016-img_8566

27102016-img_8561

27102016-img_8729

27102016-img_8695

Nous sommes au milieu de ces éléphantes majestueuses qui s’arrosent, jouent et se dandinent dans l’eau. Nous apprécions ce moment précieux.

27102016-img_9040

27102016-img_8747

27102016-img_8750

27102016-img_8777

27102016-img_8672

27102016-img_8815

Il est maintenant temps pour elles d’être libre dans l’aire de sociabilisation. Sans aucune intervention humaine, les éléphantes ont un grande aire pour laisser libre court à leurs comportements naturels. Nous pouvons tout de même les observer de loin.

27102016-img_8706

27102016-img_8714

27102016-img_8919

27102016-img_8941

L’heure du pique-nique arrive et à la fin du repas, nous pourrons observer à distance les deux bébés de 1 an du centre.

27102016-img_8730

27102016-img_8741

27102016-img_8959

Pourquoi à distance ? Vous avez sans doute déjà vu des camps qui vous laissent approcher des bébés éléphants, malheureusement dans ces endroits, ils enferment la mère pour ne pas prendre le risque d’agression envers les touristes. De plus, ils apprennent des tours aux éléphanteaux comme donner des coups de pattes pour amuser les spectateurs mais ces comportements ne sont pas naturels, et quelques années plus tard, quand ils auront 5 ans et pèseront déjà 1 tonne, ils seront jugés agressifs et seront battus pour qu’ils arrêtent de faire ce pourquoi ils étaient récompensés plus jeune.

27102016-img_8951

27102016-img_8999

Les deux allemands nous quittent déjà et nous ne sommes donc plus que deux pour aller assister à l’entraînement médical.

27102016-img_8863-2

27102016-img_9060

27102016-img_9087

Pour éviter que les éléphants associent l’hôpital à un endroit de souffrance et pour qu’ils y aillent sans craintes en cas de problèmes de santé, ils s’y rendent une fois par semaine. Le personnel les habitue à poser les pattes sur un morceau de tronc pour vérifier leurs ongles et à ouvrir leur bouche pour vérifier leurs dents. A chaque fois que l’éléphant réagit bien à la consigne, il reçoit une récompense de son cornac pour que ce lieu soit associé à un endroit de jeux.

Jour 3

C’est déjà la fin du séjour. Le matin, nous participerons à l’enrichissement. Pour sortir de la routine, et stimuler les éléphants, nous cachons des bananes et de la canne de bananiers dans une aire avec cordes, bidons et pneus.

28102016-img_9117

28102016-img_8880

Quand les éléphants arrivent, ils vont de jeux en jeux pour attraper la nourriture. Pendant que la plus vieille Mae Do, ramasse tranquillement les cannes qui dépassent des jeux, Mae Wen s’énerve sur la corde pour faire tomber les bananes, chacun va à son rythme ! 

28102016-img_9109

28102016-img_9108

28102016-img_9098

28102016-img_9129

Attention, nous n’avons pas vu uniquement des éléphants au centre. Qui dit Jungle, dit animaux en tout genre…

26102016-img_8593

27102016-img_8880

27102016-img_9059

27102016-img_8923

Petit moment de partage avec ces pachydermes d’exceptions…

27102016-img_8742

27102016-img_8788

Le gardien de la forêt

Pourquoi est-ce si important de protéger cet animal? Malgré sa taille imposante, il peut se déplacer partout dans la jungle. Bien entendu, il détruit pas mal de végétation mais de cette façon, il crée des chemins pour les autres animaux et permet de laisser passer la lumière du soleil sur certaines plantes. Un éléphant mange environs 10% de son poids par jour mais n’en digère que 40%. Ce qui permet aux graines de germer même après un court passage dans leur système digestif.

27102016-img_8816

Durant ces trois jours, nous avons beaucoup appris sur ces animaux impressionnants. L’essentiel à retenir c’est qu’actuellement au Laos, le travail des éléphants dans les campagnes est interdit. Hors, une famille qui possède un éléphant et qui ne peut pas le faire travailler, devra le vendre car c’est un énorme investissement quotidien en nourriture. La majorité des éléphants se retrouvent donc dans des camps pour touristes. Malheureusement, ici les éléphants n’ont pas de repos, c’est à la chaîne qu’ils  transportent des touristes. Cela abîme énormément le dos des animaux encore plus s’ils portent un howdah (siège en bois). Très souvent, les balades se font sur du goudron ce qui est très mauvais pour les pieds des éléphants. La première cause de mortalité des éléphants est l’ongle fendu qui s’infecte et qui est difficilement soignable.

26102016-img_8575

Récemment un éléphant est mort d’une crise cardiaque à Chiang Mai. Il faut savoir que le corps de l’éléphant ne sait pas réguler sa température. Les éléphants utilisent donc leurs oreilles, s’humidifient le corps (leurs rides retenant l’humidité pendant des heures), et  se recouvrent de poussière qui aura l’effet crème solaire pour réguler leur température. Malheureusement, en transportant des touristes même aux heures les plus chaudes, ces gestes lui sont interdits et parfois l’animal ne tient pas le coup.

27102016-img_8754

28102016-img_9145

Attention donc si vous allez dans un camp d’éléphants :

  • ne pas jouer avec les bébés même s’ils sont irrésistiblement mignons,
  • ne pas monter sur les éléphants portant le howdah (siège), ayant des ongles craquelés, ou étant battus avec la pique,
  • si vous voulez absolument monter dessus, privilégiez le matin ou le soir quand il fait frais et sur des chemins de terre.

27102016-img_8890

26102016-img_8679

27102016-img_8856

Attention, les éléphants d’Asie n’ont qu’un seul doigt mais si vous les embêtez, ils savent s’en servir…

26102016-img_8663

Les trois jours s’achèvent et il est déjà l’heure de quitter la jungle. Au-revoir les divas de Sainyabuli !

27102016-img_8898

27102016-img_8805

Articles récents

Commentaires récents

PFL Écrit par :

4 Comments

  1. tontonton
    25 novembre 2016
    Reply

    Et les fans fantastiques des éléfans, merci de cette fanzine ! Avec la foto prouvant que le pachyderme chipamerde n’existe pas,
    Pardon d’être vaseux… Soyons sérieux car pachydermes et petits oiseaux, même combat !.. surtout que le 1/3 de nos petits oiseaux sont menacés de disparition. Pire qu’en 2008 avec pourtant déjà 1/4 des espèces menacées.
    Sinon pour vous désormais face aux vagues, gare au derme, pachas de la bronzette, et au tsunami aussi.
    Gros poutous !

    PS : je vais lire votre reportage à papi !

    • 1 décembre 2016
      Reply

      Et oui, pachydermes, oiseaux, poissons même combat. Enfin surtout même cause, l’espèce humaine… On fera ce qu’on peut avec ce que l’on a. Ce qu’il y a de sur c’est que cette planète continuera bien de tourner avec ou sans nous !
      Merci pour la lecture, on espère que ça lui a plu.
      A bientôt !

  2. Triat corinne
    29 novembre 2016
    Reply

    Hello , pouvoir approcher ces montagnes de muscles , mon rêve , chance ! Bisous portez vous bien !

    • 1 décembre 2016
      Reply

      C’était magique. Vraiment à faire ! Peut être qu’un jour, vous irez. Il parait qu’il y a un camp de retraite pour elephants du cirque qui va ouvrir en France, ça fait moins loin 😉 biz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *