Preah vihear : une ville oubliée par les touristes et c’est tant mieux !

Tout commence avec un nouveau trajet épique entre Banlung et Preah Vihear ! Nous montons dans le mini bus qui vient nous chercher à l’auberge. Mais apparemment le ticket ne correspond pas et on nous demande de redescendre… Après une heure d’attente, nous appelons plusieurs fois le responsable qui nous répète inlassablement de ne pas s’inquiéter, que quelqu’un viendra nous chercher rapidement. Au final, nous attendrons 2 heures pour partir dans un mini bus vide. On apprendra plus tard que le véhicule dans lequel nous étions montés le matin était le bon et que l’on n’aurait pas dû nous en faire descendre. Du coup, ils ont affrété un autre transport rien que pour nous. Au moins, nous sommes tranquilles et nous ne sommes pas serrés !

15112016-20161115_093203

Comme souvent, le chauffeur roule à toute allure et double tout le monde même s’il doit s’arrêter 100 mètres plus loin. Quand tout à coup, c’est le drame! Grand coup de frein, nous nous retenons sur les sièges avant pour ne pas basculer, et c’est le choc. Un bruit sourd retentit. Et c’est à peu prêt à ce moment là que Cachou s’exclame: “On a tué la chèvre! ON A TUE LA CHEVRE!”. En effet, je me retourne et je vois un troupeau de chèvres sur la route et un corps inerte au milieu. Épique je vous dis!

La ville de Preah vihear

La ville n’est absolument pas touristique. Sur les 5 nuits que nous y avons passées, nous n’avons pas croisé un seul touriste. C’était très agréable d’être au milieu des cambodgiens et de ne pas avoir le choix que de nous intégrer.

Mais qui dit ville non touristique dit aussi que les locaux n’ont pas l’habitude de voir des touristes. C’est comme ça qu’en commandant un oeuf cuit dur, nous avons eu la surprise d’avoir un poussin dedans. C’est la version kinder surprise à la Cambodgienne ! Mais nous n’avons pas su apprécier la surprise à sa juste valeur. Ça nous a un peu coupé l’appétit, il faut dire…

15112016-20161115_175636

15112016-20161115_180858

Nous sommes à 100km environs de nos trois points d’intérêt.

Preah vihear temple

16112016-img_0655

16112016-img_0644

16112016-img_0640

Il est inscrit au patrimoine mondial et se situe au nord du Cambodge, à la frontière avec la Thaïlande. Il y a d’ailleurs eu pas mal de procédures juridiques pour savoir à qui il appartenait. Et le Cambodge a remporté la bataille.

16112016-img_0632

Mais pour y accéder depuis Preah Vihear sans vouloir payer un taxi à 100$ la journée et sans avoir trouvé de scooter à louer, ce n’est pas une mince affaire ! Il faut prendre un taxi collectif jusqu’à Sra’em pour 5$ par personne. Dans la voiture, il y a 7 passagers et un bébé, le chauffeur doit partager son siège. Et oui, parce que Mr le Moine a besoin de son petit confort pendant que nous sommes plus serrés que dans une boite de sardines à l’arrière (et je m’y connais en sardines 😉 ) !

16112016-20161116_083638

Puis, nous devons prendre une moto-taxi pour faire les 20km qui nous séparent du temple (10$ la moto aller-retour). Pas très confortable, la moto à 3… Et pourtant, nous sommes de petits joueurs parce qu’il n’est pas rare de croiser des motos avec 5 personnes dessus!

16112016-20161116_163624

Puis, au retour, après la panne inévitable de la moto, il faut se battre avec les chauffeurs de taxis qui affirment qu’il n’y a plus de taxis collectifs ni de bus pour aller à Preah Vihear et qui veulent 50$ pour nous ramener. Nous ferons une tentative d’auto-stop (échec complet), pour enfin revenir dans la ville de Sra’em. Par chance, nous apprendrons qu’il y a un bus de nuit qui peut nous conduire à notre hôtel pour 5$ chacun. Alors ce trajet, facile non ?

16112016-20161116_155906

L’accès au temple est assez cher, comptez 10$ l’entrée et 5$ par personne pour monter en moto. Et quelle montée ! Le chauffeur en première fait chauffer la mobylette. Ce n’est pas de la rigolade! Surtout pour Cachou qui a le vertige et qui se croirait sur une piste noire de ski! Mais toute cette aventure, c’est pour découvrir un temple grandiose et ça, ça n’a pas de prix !

16112016-img_0630

16112016-img_9709

16112016-img_9757

16112016-img_9745

16112016-img_9730

16112016-img_9743

16112016-img_9766

La panorama qui s’offre à nous est à couper le souffle. Mr le Moine (le même que dans le taxi collectif) prend des selfies tous les 5 mètres sous les regards interloqués des singes.

16112016-img_9781

16112016-img_9782

16112016-img_0675

16112016-img_0665

16112016-img_0677

16112016-img_9777

16112016-img_0670

Tout comme le Vat Phu près de Paksé au Laos, ce temple est magnifique. Nous flânons dans le complexe. Et profitons de la magnifique journée. Nous emmenons même Malou avec nous.

16112016-img_0700

16112016-img_0649

16112016-img_0652

Assis pour manger un bout, un vieil agent de sécurité parlant un peu français s’intéresse à nous. Et pendant que nous mangeons, il nous distribue la nourriture qu’il se fait offrir par les touristes locaux. Nous avons donc pu goûter à des mets étranges et nous avons pris le temps d’observer des scènes de vie.

16112016-img_0645

16112016-img_0691

16112016-img_0693

Il n’y a pas de doute, cette civilisation khmer nous intrigue au plus haut point !

Koh ker et sa pyramide

17112016-img_0755

Cette fois, nous nous déplaçons en scooter ce qui facilite grandement notre logistique. Nous avons trouvé un magasin vendant des scooters (dans le centre-ville, sur la route principale non loin de la gare routière) qui a accepté de nous en louer un. Direction les temples de Koh Ker!

17112016-img_0803

17112016-img_0823

17112016-img_0826

Il serait dommage de venir jusqu’ici et de louper la multitude de temples aux alentours. Les moins touristiques sont les plus sauvages et ceux avec le plus grand charme.

17112016-img_9797

17112016-img_0716

17112016-img_0749

17112016-img_0739

17112016-img_9803

17112016-img_9823

17112016-img_9805

17112016-img_9824

17112016-img_9817

17112016-img_9830

Enfin même si le prasat Bram est touristique, il n’en reste pas moins impressionnant avec les troncs qui envahissent les temples.

17112016-img_0853

17112016-img_0863

17112016-img_0844

17112016-img_9878

17112016-img_9897

C’est le lieu propice à l’évasion de l’imagination. C’est ainsi que nous nous retrouvons en compagnie de Link en quête de sa Zelda.

17112016-img_0799

Koh Ker est réputé pour sa pyramide. Grande, belle, magistrale.

17112016-img_0762

La vue sur la canopée est formidable.

17112016-img_0759

17112016-img_0782

17112016-img_9846

17112016-img_0781

17112016-img_9851

Tous ces temples nous enchantent et pourtant nous ne sommes pas au bout de nos surprises …

17112016-img_0819

17112016-img_0805

17112016-img_0753

17112016-img_0750

Le complexe isolé de Preah Khan

18112016-img_0875

18112016-img_0885

18112016-img_0878

Le soleil brûle nos peaux, la route semble se déformer sous l’effet de la chaleur, la concentration est extrême pour éviter tous les nids de poule. Le vent siffle dans nos oreilles et le paysage est désertique. Pendant plus de 2h30, nous defierons les éléments pour accéder à un complexe encore préservé de la frénésie touristique. Sur la route, les chauffeurs nous dévisagent surpris de nous voir sur ces pistes perdues.

18112016-20161118_113440

Nous y voilà enfin, le premier temple (prasat Preah Damrei) nous dévoile ses charmes. Du moins ce qu’il en reste…

18112016-img_9910

18112016-img_9901

18112016-img_0893

18112016-img_0892

18112016-img_0894

18112016-img_0897

18112016-img_9909

Est-ce l’effort pour arriver jusque-là? Ou l’insolation qui nous guette? En tout cas, la magie opère instantanément.

18112016-img_0908

Et ce n’est rien comparé au preah Thkol ! Perdu au milieu de la garigue Cambodgienne (la jungle quoi, c’est pareil!), nous marchons un quart d’heure dans sa direction. Boue, champs de riz puis épaisse forêt sont autant d’obstacles à affronter. D’autres moins intrépides auraient déjà rebroussés chemin…

18112016-img_9945

18112016-img_9914

18112016-img_9915

18112016-img_0936

Mais nous, nous continuons à avancer et, heureusement, un paysan nous vient en aide. En tong à travers la jungle, il nous emmène vers le temple perdu.

18112016-img_9917

18112016-img_9929

Et là, c’est la grosse claque! Quand nous étions en France et que nous rêvions du Cambodge, c’est exactement à ce genre de temple que nous pensions. Sauf qu’aujourd’hui, le rêve laisse place à la réalité!

18112016-img_0921

18112016-img_0916

18112016-img_9921

18112016-img_0910

18112016-img_9932

18112016-img_9933

18112016-img_0931

Envahi de végétation, il ressemble étrangement au donjon des héros de mon enfance. Princesse Zelda, serait-ce toi?

18112016-img_0929

La visite continue avec le Prasat Preah Stung qui affiche fièrement ces visages. L’exploration entre ruines et bâtiments entretenus ne peut que nous charmer davantage.

18112016-img_0941

18112016-img_0951

18112016-img_9948

18112016-img_9956

18112016-img_0942

18112016-img_0959

18112016-img_9949

Nous arrivons enfin à Preah Khan, le temple qui a motivé notre venue. La porte d’entrée est majestueuse.

18112016-img_0977

18112016-img_0974

18112016-img_0973

18112016-img_0967

Le chemin pour y accéder est à moitié en ruine comme dans les grands films d’aventure. Il donne l’impression de pouvoir s’effondrer à tout moment sous nos pieds. Nous sautons de pierres en pierres et prions pour que les planches en bois pourries d’humidité ne cèdent pas sous nos poids.

18112016-img_9998

18112016-img_1066

18112016-img_0002

Le temple est tel un immense jardin non entretenu dans lequel se dresse des ruines d’un autre âge.

18112016-img_1022

18112016-img_0015

18112016-img_0019

18112016-img_0038

18112016-img_1054

18112016-img_0012

18112016-img_0024

Nous sommes seuls dans cette immensité. Un si beau site rien que pour nous deux. C’est juste formidable. Comme si nous étions des pionniers et que nous découvrions le complexe (on peut toujours rêver! ).

18112016-img_0028

18112016-img_0031

Enfin seuls, pas tout à fait… Des enfants organisent un « festin » dans ce décor fantastique.

18112016-img_0988

A la casserole Ratatouille!

18112016-img_9979

18112016-img_9984

18112016-img_9983

18112016-img_9981

Les coïncidences sont parfois étranges mais dès que nous sortons du temple principal, le ciel s’obscurcit et les éclairs illuminent les ruines. Une violente averse s’abat subitement sur nous. Aurions-nous violé un sanctuaire sacré ? Les dieux seraient-ils mécontents de notre visite?

18112016-img_9991

Le retour sera encore plus difficile que l’allé car nous aurons droit à 2km de piste mouillée. Et en scooter dans la gadoue, ça glisse énormément et ce n’est vraiment pas le bonheur. Nous rentrons épuisé, trempé mais heureux d’avoir vécu notre moment d’exception. Pour une fois, les aventuriers n’étaient plus dans nos films ou livres mais c’était nous! Et cette sensation indescriptible nous laissera un souvenir impérissable!

Articles récents

Commentaires récents

PFL Écrit par :

6 Comments

  1. tontonton
    9 janvier 2017
    Reply

    S’il fallait voter, c’est le reportage que je mettrais en premier ! Magnifique !

    • 10 janvier 2017
      Reply

      Et venant d’un lecteur assidu, nous apprécions encore plus le compliment ! Merci.

  2. Laeti
    10 janvier 2017
    Reply

    Je rejoins montonton un article que je lis et relis. Aventure, magie, dépaysement, émotions sans filtres . Merci encore

  3. 14 janvier 2017
    Reply

    Ma marraine du bout du monde, elles sont terribles tes histoires!
    Entre une chèvre, un poussin et un rat, je ne sais pas ce que j’ai trouvé le plus horrible!
    Mais tu m’as bien fait rire avec ton casque sur ta tête, tu avais peur d’un éboulement?
    Je t’aime bisou Sépho de Belgique!!!

  4. DANICK
    15 janvier 2017
    Reply

    Je suis scotchée ! Magnifique époustouflant… Attendez moi j’arrive

  5. Jef et Carlita
    16 janvier 2017
    Reply

    Quand j’admire la photo du puzzle de Boudha, je me dis que Picasso ou Dali n’ont rien inventé, ils n’ont juste pas su reconstituer le puzzle.
    Après, je suis juste clouée sur place et émue par un si beau reportage. Je suis dans vos pas. Bsous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *